Futur centre de promotion territoriale

La municipalité d'Evisa souhaite créer un centre  d’interprétation  qui  permettrait la ré-appropriation  par  les  habitants  de la région, d’un patrimoine, d’un savoir-faire et d’une mémoire qui tendent à disparaître et l’appropriation et l’immersion des visiteurs dans  la culture et l’histoire corses, en particulier celles des Deux Sevi. Ce lieu donnerait l’occasion de faire découvrir, de valoriser et de transmettre l’histoire, le patrimoine matériel et immatériel, la biodiversité, la mémoire de la vallée et permettrait de valoriser les producteurs en donnant une certaine visibilité à leur activité, grâce à des expositions temporaires et des cycles de conférences et d’échanges.
1/1
LE SECHOIR

Dans cette Casetta (1850), les châtaignes étaient emmenées durant tout le mois de novembre, puis posées sur des claies faites en bois de châtaigniers. Les châtaignes séchaient ainsi sur un feu très doux alimenté par du bois de châtaigniers et des peaux de châtaignes de l'année précédente. 

Evisa aurait ses origines dans le quartier dit de Poggiolu, dominé par une tour, aujourd'hui complètement disparue. La vie du village était essentiellement tournée vers la montagne avec une économie agricole et pastorale.  Le littoral était souvent considéré comme hostile par la présence de zones humides mais surtout par le risque d'attaques barbaresques.

A l'époque génoise, les territoires communaux s'étendent finalement jusqu'à la mer où le climat plus clément favorise une bonne exploitation des terres notamment pour le pâturage pendant l'hiver. Mieux protégés des invasions des maures par la surveillance du littoral à travers le réseau de tours génoises, les habitants créent les hameaux de Partinello, Osani et Serriera. Ces hameaux devinrent des communes à part entière en 1864.

La maison est ancienne et a conservé toute son authenticité, son odeur, ses meubles d’antan, son parquet en châtaignier et ses fresques, réalisées par des peintres russes, qui sillonnaient la région au début du siècle dernier. Le visiteur sera immergé dans la culture corse. La présence authentique de plusieurs décors intérieurs de la maison, témoignera de la vie quotidienne des villageois d’Evisa

Chjama e rispondi tradition corse.png

Chjami è rispondi

Une connexion de communication orale

En Corse, le fait d’être poète n’est pas considéré comme une bizarrerie, mais comme une vertu particulière et supplémentaire, et que cet état ne nécessite ni d’avoir fait de longues études ni de bénéficier d’un statut social particulier. La poésie, bien sûr, s’exprime en langue corse. Si elle est, depuis de longues années désormais, écrite, la vraie poésie, celle que l’on nomme par son nom seul "puesia" est celle qui, improvisée, est chantée. Le sentiment de transe douce que l’on éprouve au cours des longues soirées de CHJAMA E RISPONDI est sans aucun doute en grande partie provoqué par le rythme que contient la prosodie.

Constitué de strophes de trois vers « terzini » de 16 pieds, rimant en général soit A/A/A, soit A/A-B/B avec une rime interne entre les deux hémistiches du troisième vers, le chant du Chjama e rispondi est porté par une mélodie étagée sur une quinte descendante, sans accompagnement instrumental ni vocal. Il a l’allure d’une conversation rimée, sans autres règles que celles de la bienséance et de la courtoisie. Il se pratique à deux ou à plusieurs, tant dans des circonstances publiques –fêtes, foires, célébrations, manifestations- que privées.

Bientôt : L'héritage de Minicale

fresque murale-Evisa-corse.PNG

ARTICLES

La biodiversité ​​

jardin

Les forêts communales représentent plus de 100 000 hectares et couvrent environ plus de 32 % du territoire forestier en corse. 

Elles contribuent  à la gestion durable des forêts, à l'alimentation de la filière bois, à la préservation de la biodiversité. Vous connaitrez cette source de naturalité essentielle à la vie.

Au bout du jardin, un séchoir permettra l’installation d’expositions temporaires et la réalisation d’activités originales et de qualité.

La poésie ​​

étage 2

La poésie est un art très développé en Corse, les poètes tels Minicale, Pampasgiolu, Maestrale, Peppu Flori et Ghjacumu Fusina, en attestent. Des évènements liés à la poésie sont organisés chaque année (le printemps des poètes à Porticcio, la nuit de la poésie à Evisa, le festival Pampasgiolu à Lozzi etc…). Les villages de poésie proposent des activités de chjam’è rispondi, de création et de valorisation de la poésie insulaire et étrangère.

La vie quotidienne

étage 1

Il présentera un état des lieux de ce que nous possédons aujourd’hui, et de la situation que nous connaissons, c’est-à-dire la désertification des zones rurales au profit des villes, mais aussi la volonté des agriculteurs et des producteurs de faire vivre la région en développant leur activité. Il permettra d’aborder une réflexion sur la situation actuelle des zones rurales en corse, tout en faisant des comparaisons avec des territoires similaires et de dresser un bilan de ce qu’il nous reste des anciens, en ce qui concerne les savoir-faire, les connaissances et les croyances.